Nouvelles

Le garçon veut être une fille

Le garçon veut être une fille


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cour constitutionnelle fédérale: protection de l'enfance pour la loi sur la garde
Si un garçon veut être une fille de façon permanente et en conséquence s'habiller en public, les parents ne doivent pas interdire cela contrairement à l'intérêt supérieur de l'enfant. Cela a été précisé par la Cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe dans une décision publiée le vendredi 29 décembre 2017, et l'attribution de la garde exclusive à un père séparé a été annulée (Az.: 1 BvR 1914/17).

Le fond du différend juridique était le souhait d'un garçon né en 2008 de se comporter et de s'habiller comme une fille de façon permanente. Selon le soi-disant modèle de changement, l'enfant restait en alternance avec les parents séparés. Les parents ont exercé une préoccupation commune.

Mais quand elle a exprimé pour la première fois son désir d'être une fille à l'âge de six ans, le différend d'éducation a éclaté. Au tribunal, le père et la mère voulaient prendre soin d'eux seuls afin que l'enfant puisse être «correctement» élevé. Les examens psychologiques ont révélé des soupçons de trouble de l'identité de genre.

La mère a répondu à la demande du fils. Elle a mis des vêtements de fille pour lui, a parlé à l'enfant avec un nom de fille et l'a communiqué à l'école. Elle a souligné que l'enfant devrait enfin être pris au sérieux et qu'il devrait vivre avec satisfaction dans son genre perçu.

Le père n'y pensait pas beaucoup. La mère ferait également la promotion du souhait du fils avec son comportement. Il y avait un risque de taquineries à l'école. Si le fils restait avec lui, tout était banal. Il a interdit à l'enfant d'apparaître comme une fille en public. Le père comptait sur le fait que la puberté suffirait. Il a également plaidé pour un traitement psychothérapeutique.

L'enfant lui-même avait dit au tribunal de district qu'il ne voulait pas porter des vêtements de garçon. Il avait des liens sociaux étroits avec le père et la mère et voulait que cela continue.

Le tribunal régional supérieur (OLG) de Naumburg a finalement donné au père la seule préoccupation. Il n'est pas clair si l'enfant de huit ans a un trouble de l'identité de genre. Le comportement de l'enfant est également «ambivalent», même s'il était différent, il ne faudrait pas laisser l'enfant décider s'il doit s'habiller en garçon ou en garçon. Seul le père garantit une «procédure la plus ouverte possible, accueillante et solidaire, pour qu'il doive se voir accorder la garde exclusive», a décidé l'OLG.

La mère a vu le droit de ses parents, qui est protégé par la Loi fondamentale, violé. Le père considère qu'un changement des rôles de genre n'est pas justifiable. Au contraire, il met la pression. Il a donc menacé l'enfant de ne pas recevoir de cadeaux de Noël s'il ne pouvait pas se couper les cheveux.

Dans leur décision du 7 décembre 2017, les juges constitutionnels ont désormais annulé la décision OLG. La mesure dans laquelle un parent peut se voir accorder la garde exclusive d'un enfant dépend largement de l'intérêt supérieur de l'enfant.

«L'enfant est placé sous la protection spéciale de l'Etat en tant qu'être doté de sa propre dignité humaine et de son droit au libre développement de sa personnalité», a averti la Cour constitutionnelle fédérale. Ici, l'enfant a exercé son droit à l'autodétermination en annonçant sa volonté.

Le raisonnement de l'OLG n'est pas suffisant pour la seule cession de responsabilité exclusive. Le tribunal n'a pas pris en compte les effets du fait d'avoir l'enfant contraint contre la volonté du père de ne comparaître qu'en public en tant que garçon. Un expert judiciaire craignait «des conséquences négatives de grande portée» si l'enfant se voyait refuser le changement souhaité de son rôle de genre.

Le bien-être d'un enfant est possible, ce que l'OLG doit maintenant examiner, selon la Cour constitutionnelle fédérale. fle

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Françoise Hardy Tous les garçons et les filles. Archive INA (Mai 2022).